En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.
 
Vous êtes ici :   Accueil » Nouvelles des Amis - UNICEF pour chaque enfant
 
 

Nouvelles des Amis - UNICEF pour chaque enfant

Nouvelles de l'UNICEF

http://www.unicef.org/french/?utm_source=unicef_news_fr&utm_medium=rss&utm_campaign=rss_main_link_fr


Articles de l'UNICEF, Communiqués de presse, Notes d'actualité


Les équipes médicales mobiles apportent une aide vitale aux enfants au Yémen 

SANAA, Yémen, le 16 octobre 2017 – « Il est très faible et il ne peut même plus marcher. Il a tellement maigri. » Mohammed, 50 ans, arrive désespéré auprès de l'équipe médicale. Il est venu à pied, en portant dans ses bras son fils de quatre ans, Yahya, aussi léger qu'une plume. Il a vu d’autres enfants de son village mourir de malnutrition et a terriblement peur que son fils subisse le même sort.

Les équipes médicales mobiles apportent une aide vitale aux enfants au Yémen 

SANAA, Yémen, le 16 octobre 2017 – « Il est très faible et il ne peut même plus marcher. Il a tellement maigri. » Mohammed, 50 ans, arrive désespéré auprès de l'équipe médicale. Il est venu à pied, en portant dans ses bras son fils de quatre ans, Yahya, aussi léger qu'une plume. Il a vu d’autres enfants de son village mourir de malnutrition et a terriblement peur que son fils subisse le même sort.

(16/10/2017 16:33)

À la Dominique, l’éducation des enfants en suspens après le passage de l’ouragan Maria 

DOMINIQUE, le 13 octobre 2017 – Deltin Eugene, 16 ans, fixe du regard le tableau noir à l’entrée de ce qu’il reste de sa salle de classe à la Goodwill Secondary School. Sur le tableau, le temps est figé au vendredi 15 septembre 2017, date à laquelle Deltin et plus de 18 000 autres élèves de la Dominique sont allés à l’école pour la dernière fois.

À la Dominique, l’éducation des enfants en suspens après le passage de l’ouragan Maria 

DOMINIQUE, le 13 octobre 2017 – Deltin Eugene, 16 ans, fixe du regard le tableau noir à l’entrée de ce qu’il reste de sa salle de classe à la Goodwill Secondary School. Sur le tableau, le temps est figé au vendredi 15 septembre 2017, date à laquelle Deltin et plus de 18 000 autres élèves de la Dominique sont allés à l’école pour la dernière fois.

(13/10/2017 22:59)

Le retour à la vie d’une ville du Soudan du Sud grâce à une eau propre 

BENTIU, Soudan du Sud, le 5 septembre 2017 – Imaginez avoir besoin de plus d’une heure chaque jour pour aller chercher de l’eau à une rivière. À présent, imaginez devoir le faire en fauteuil roulant.

Le retour à la vie d’une ville du Soudan du Sud grâce à une eau propre 

BENTIU, Soudan du Sud, le 5 septembre 2017 – Imaginez avoir besoin de plus d’une heure chaque jour pour aller chercher de l’eau à une rivière. À présent, imaginez devoir le faire en fauteuil roulant.

(05/09/2017 16:57)

(25/08/2017 21:27)

La détermination d’un médecin syrien face à la violence et aux déplacements 

LATTAQUIÉ, République arabe syrienne, 18 août 2017 – Voilà deux ans, une escalade de violence dans la ville d’Idleb, au nord de la Syrie, a forcé le Dr Khaled et sa famille à fuir leur maison, et cela, seulement quatre jours après la naissance de son fils.

La détermination d’un médecin syrien face à la violence et aux déplacements 

LATTAQUIÉ, République arabe syrienne, 18 août 2017 – Voilà deux ans, une escalade de violence dans la ville d’Idleb, au nord de la Syrie, a forcé le Dr Khaled et sa famille à fuir leur maison, et cela, seulement quatre jours après la naissance de son fils.

(18/08/2017 21:22)

Rentrée scolaire : une adolescente afghane veut réaliser ses rêves 

BELGRADE, Serbie, 15 août 2017 – « Je dors, tu dors, il dort... Nous dormons, vous dormez, ils dorment. » Shabnam, 13 ans, égrène lentement la conjugaison d’un verbe dans une langue qui, jusqu’à récemment, lui était totalement étrangère et incompréhensible.

Rentrée scolaire : une adolescente afghane veut réaliser ses rêves 

BELGRADE, Serbie, 15 août 2017 – « Je dors, tu dors, il dort... Nous dormons, vous dormez, ils dorment. » Shabnam, 13 ans, égrène lentement la conjugaison d’un verbe dans une langue qui, jusqu’à récemment, lui était totalement étrangère et incompréhensible.

(15/08/2017 20:53)

(31/07/2017 22:54)

La sécurité au bout du chemin : des enfants du Soudan du Sud voyagent seuls vers les camps de réfugiés du Darfour 

DARFOUR-ORIENTAL, Soudan, le 27 juillet 2017 – Jonk Tonk Dack, 14 ans et Lowal, son frère âgé de 9 ans, viennent de Kair, sur le Bahr al-Arab, au Soudan du Sud. Les deux garçons ont récemment fui seuls leur ville d’origine pour échapper à la faim et aux combats. Ils se sont dirigés vers le camp de Kario au Darfour-Oriental.

La sécurité au bout du chemin : des enfants du Soudan du Sud voyagent seuls vers les camps de réfugiés du Darfour 

DARFOUR-ORIENTAL, Soudan, le 27 juillet 2017 – Jonk Tonk Dack, 14 ans et Lowal, son frère âgé de 9 ans, viennent de Kair, sur le Bahr al-Arab, au Soudan du Sud. Les deux garçons ont récemment fui seuls leur ville d’origine pour échapper à la faim et aux combats. Ils se sont dirigés vers le camp de Kario au Darfour-Oriental.

(27/07/2017 21:28)

La pauvreté favorise le travail des enfants à Gaza 

GAZA, État de Palestine, 20 juillet 2017 – Ahmad*, 13 ans, ne se rend pas chaque matin à l’école comme les autres enfants de son âge. Au lieu de cela, il va travailler.

La pauvreté favorise le travail des enfants à Gaza 

GAZA, État de Palestine, 20 juillet 2017 – Ahmad*, 13 ans, ne se rend pas chaque matin à l’école comme les autres enfants de son âge. Au lieu de cela, il va travailler.

(20/07/2017 20:39)

(18/07/2017 19:11)

Mines terrestres : l’ultime menace pour les enfants de Raqqa 

QAMISHLI, République arabe syrienne, le 11 juillet 2017 – Il y a deux semaines, Khaled, 10 ans, et sa famille ont fui leur maison de Raqqa en pleine nuit en quête d’un lieu sûr après avoir vécu pendant des mois au cœur de violents combats, la peur au ventre. Avant cela, la famille avait déjà connu trois déplacements, se retrouvant à chaque fois contrainte de fuir en laissant tout derrière elle.

Mines terrestres : l’ultime menace pour les enfants de Raqqa 

QAMISHLI, République arabe syrienne, le 11 juillet 2017 – Il y a deux semaines, Khaled, 10 ans, et sa famille ont fui leur maison de Raqqa en pleine nuit en quête d’un lieu sûr après avoir vécu pendant des mois au cœur de violents combats, la peur au ventre. Avant cela, la famille avait déjà connu trois déplacements, se retrouvant à chaque fois contrainte de fuir en laissant tout derrière elle.

(11/07/2017 19:07)

En Angola, un centre de réfugiés redonne espoir à un garçon qui a perdu sa famille 

DUNDO, Angola, le 20 juin 2017 – « Mon père était policier. Un jour, après le travail, il est parti en moto pour venir nous chercher en ville ma maman et moi. C’est à ce moment-là que la milice est arrivée. Je ne sais pas ce qu’ils ont fait mais la moto ne voulait plus avancer, c’était comme s’ils lui avaient jeté un sort. Ils se sont alors rués sur mes parents et les ont décapités. Alors je me suis enfui. »

En Angola, un centre de réfugiés redonne espoir à un garçon qui a perdu sa famille 

DUNDO, Angola, le 20 juin 2017 – « Mon père était policier. Un jour, après le travail, il est parti en moto pour venir nous chercher en ville ma maman et moi. C’est à ce moment-là que la milice est arrivée. Je ne sais pas ce qu’ils ont fait mais la moto ne voulait plus avancer, c’était comme s’ils lui avaient jeté un sort. Ils se sont alors rués sur mes parents et les ont décapités. Alors je me suis enfui. »

(20/06/2017 17:20)

À Raqqa, les enfants sont poursuivis par la violence et les déplacements 

RAQQA, République arabe syrienne, le 7 juin 2017 – Reem, 19 ans, a mûrement réfléchi avant de prendre la courageuse décision, il y a presque trois semaines, de fuir Raqqa. Peu avant minuit, elle a pris sa petite fille de 10 mois sous le bras et réuni quelques affaires avant d’entamer un voyage qui allait les plonger encore davantage dans la misère.

À Raqqa, les enfants sont poursuivis par la violence et les déplacements 

RAQQA, République arabe syrienne, le 7 juin 2017 – Reem, 19 ans, a mûrement réfléchi avant de prendre la courageuse décision, il y a presque trois semaines, de fuir Raqqa. Peu avant minuit, elle a pris sa petite fille de 10 mois sous le bras et réuni quelques affaires avant d’entamer un voyage qui allait les plonger encore davantage dans la misère.

(08/06/2017 18:18)

Des enfants palestiniens en situation de handicap déteminés à apprendre 

HEBRON, État de Palestine, 2 juin 2017 – Pour Wi’am, 12 ans, pouvoir aller à la Blind Charitable Society School, une école spécialement créée pour les enfants aveugles, est une benediction.

Des enfants palestiniens en situation de handicap déteminés à apprendre 

HEBRON, État de Palestine, 2 juin 2017 – Pour Wi’am, 12 ans, pouvoir aller à la Blind Charitable Society School, une école spécialement créée pour les enfants aveugles, est une benediction.

(02/06/2017 18:33)

Un an après, au Darfour, une communauté construite sur des cendres 

SORTONY, Soudan, 25 mai 2017 – « Le site de Sortony est en passe de devenir un bidonville surpeuplé. L’UNICEF, qui fait partie de la première équipe humanitaire multiorganisations à se rendre sur place pour évaluer la situation, évolue dans un labyrinthe de familles, d’enfants fouillant les déchets à la recherche de nourriture, d’ânes et, en l’absence d’installations, de champs utilisés pour la défécation à l’air libre.

Un an après, au Darfour, une communauté construite sur des cendres 

SORTONY, Soudan, 25 mai 2017 – « Le site de Sortony est en passe de devenir un bidonville surpeuplé. L’UNICEF, qui fait partie de la première équipe humanitaire multiorganisations à se rendre sur place pour évaluer la situation, évolue dans un labyrinthe de familles, d’enfants fouillant les déchets à la recherche de nourriture, d’ânes et, en l’absence d’installations, de champs utilisés pour la défécation à l’air libre.

(25/05/2017 19:47)

Une nouvelle vie après une adolescence dans l’armée du Myanmar 

ÉTAT DE KACHIN, Myanmar, le 22 mai 2017 - Zwe Chit a arrêté l’école en quatrième. Il s’est mis à fréquenter quatre amis plus âgés. Tous souhaitaient intégrer l’armée et l’ont poussé à faire de même. Il était âgé de 16 ans lorsqu’il a été recruté.

Une nouvelle vie après une adolescence dans l’armée du Myanmar 

ÉTAT DE KACHIN, Myanmar, le 22 mai 2017 - Zwe Chit a arrêté l’école en quatrième. Il s’est mis à fréquenter quatre amis plus âgés. Tous souhaitaient intégrer l’armée et l’ont poussé à faire de même. Il était âgé de 16 ans lorsqu’il a été recruté.

(22/05/2017 19:01)

Sanctuaire brisé : des écoles prises pour cible au Myanmar 

ÉTAT DE KACHIN, Myanmar, le 23 mai 2017 - Zau Seng, 11 ans, est scolarisé au collège de Nam Ya, dans le district de Moe Nyin, dans l’État de Kachin, au Myanmar. Il aime étudier le birman et les mathématiques, travailler dans le jardin de l’école et jouer au ballon avec ses amis.

Sanctuaire brisé : des écoles prises pour cible au Myanmar 

ÉTAT DE KACHIN, Myanmar, le 23 mai 2017 - Zau Seng, 11 ans, est scolarisé au collège de Nam Ya, dans le district de Moe Nyin, dans l’État de Kachin, au Myanmar. Il aime étudier le birman et les mathématiques, travailler dans le jardin de l’école et jouer au ballon avec ses amis.

(22/05/2017 19:01)

Au Yémen, une jeune fille fait face à l’adversité et se surpasse à l’école 

ADEN, Yémen, le 1er mai 2017 – Hosson, âgée de 13 ans, est en classe de 3e à l’école du 26-Septembre dans le quartier de Malla, à Aden. C’est l’une des meilleures de sa classe et elle adore enseigner les mathématiques aux enfants plus jeunes. Cependant, malgré son excellent niveau, elle est souvent la cible des moqueries de la part de ses camarades de classe, qui la surnomment « Al-Barsah », ce qui veut dire « la lépreuse ».

Au Yémen, une jeune fille fait face à l’adversité et se surpasse à l’école 

ADEN, Yémen, le 1er mai 2017 – Hosson, âgée de 13 ans, est en classe de 3e à l’école du 26-Septembre dans le quartier de Malla, à Aden. C’est l’une des meilleures de sa classe et elle adore enseigner les mathématiques aux enfants plus jeunes. Cependant, malgré son excellent niveau, elle est souvent la cible des moqueries de la part de ses camarades de classe, qui la surnomment « Al-Barsah », ce qui veut dire « la lépreuse ».

(01/05/2017 22:05)

Des mères syriennes déplacées font face aux difficultés avec détermination 

DERAA, République arabe syrienne, le 28 avril 2017 – Nada et sa famille ont fui leur ville d’origine, Al Shajarah, lorsqu’elle est tombée aux mains des parties belligérantes il y a plus de trois ans. Aujourd’hui, ils ont trouvé refuge, avec 40 autres familles déplacées, dans une ancienne école de la ville de Deraa, située non loin de là.

Des mères syriennes déplacées font face aux difficultés avec détermination 

DERAA, République arabe syrienne, le 28 avril 2017 – Nada et sa famille ont fui leur ville d’origine, Al Shajarah, lorsqu’elle est tombée aux mains des parties belligérantes il y a plus de trois ans. Aujourd’hui, ils ont trouvé refuge, avec 40 autres familles déplacées, dans une ancienne école de la ville de Deraa, située non loin de là.

(28/04/2017 16:19)

http://www.unicef.org/french/infobycountry/namibia_95887.html?utm_source=unicef_news_fr&utm_medium=rss&utm_campaign=rss_link_fr

VILLAGE DE MASIDA, le 25 avril 2017 – L’année 2013 a marqué un tournant positif pour Viviane Ndungati, qui vit dans le village de Masida, de la région de Zambezi, située dans le nord-est de la Namibie. À 23 ans, Viviane a donné naissance à son premier enfant et s’est découvert une passion pour les manières d’aider les enfants à prendre un bon départ dans la vie.

http://www.unicef.org/french/infobycountry/namibia_95887.html?utm_source=unicef_news_fr&utm_medium=rss&utm_campaign=rss_link_fr

VILLAGE DE MASIDA, le 25 avril 2017 – L’année 2013 a marqué un tournant positif pour Viviane Ndungati, qui vit dans le village de Masida, de la région de Zambezi, située dans le nord-est de la Namibie. À 23 ans, Viviane a donné naissance à son premier enfant et s’est découvert une passion pour les manières d’aider les enfants à prendre un bon départ dans la vie.

(25/04/2017 15:40)

En Sierra Leone, de nouveaux centres de soins contribuent à sauver les vies des mères 

KONSHO, Sierra Leone, 5 avril 2017 – Bakey Kamara est enceinte de huit mois de son troisième enfant et vient de marcher plus de 3 kilomètres sous un soleil brûlant pour l’un de ses derniers examens prénatals. Néanmoins, la jeune femme de 25 ans semble ravie à son arrivée au centre de soins de Konsho, qui a récemment été modernisé et équipé d’une maternité. « Je suis contente de voir ce nouveau bâtiment et tous ces équipements. Le centre est très différent de ce qu’il était, il est beaucoup plus beau qu’avant », confie-t-elle.

En Sierra Leone, de nouveaux centres de soins contribuent à sauver les vies des mères 

KONSHO, Sierra Leone, 5 avril 2017 – Bakey Kamara est enceinte de huit mois de son troisième enfant et vient de marcher plus de 3 kilomètres sous un soleil brûlant pour l’un de ses derniers examens prénatals. Néanmoins, la jeune femme de 25 ans semble ravie à son arrivée au centre de soins de Konsho, qui a récemment été modernisé et équipé d’une maternité. « Je suis contente de voir ce nouveau bâtiment et tous ces équipements. Le centre est très différent de ce qu’il était, il est beaucoup plus beau qu’avant », confie-t-elle.

(06/04/2017 01:43)

Au Kenya, une terrible sécheresse menace la sécurité alimentaire de 4 millions de personnes 

MOYALE, Kenya, 31 mars 2017 – Une poussière suffocante flotte dans l’air, omniprésente, se dressant comme un écran à travers les chemins qui sillonnent le village de Badanrero au Kenya. Situé à une centaine de kilomètres de la ville de Moyale, à la frontière éthiopienne, l’endroit offre un spectacle de désolation avec pour seul paysage des terres plates et dévastées, parsemées d’arbustes séchés, à perte de vue.

Au Kenya, une terrible sécheresse menace la sécurité alimentaire de 4 millions de personnes 

MOYALE, Kenya, 31 mars 2017 – Une poussière suffocante flotte dans l’air, omniprésente, se dressant comme un écran à travers les chemins qui sillonnent le village de Badanrero au Kenya. Situé à une centaine de kilomètres de la ville de Moyale, à la frontière éthiopienne, l’endroit offre un spectacle de désolation avec pour seul paysage des terres plates et dévastées, parsemées d’arbustes séchés, à perte de vue.

(31/03/2017 02:12)

Des héros méconnus : des vaccinateurs gravissent des montagnes pour sauver la vie d’enfants au Yémen 

SANAA, Yémen, le 27 mars 2017 – En plein conflit, vacciner des enfants contre des maladies potentiellement mortelles n’est pas chose aisée. Ces dernières semaines, au Yémen, des vaccinateurs ont affronté des terrains accidentés, franchi des lignes de front dangereuses et sillonné des vallées et des montagnes pour immuniser contre la polio des enfants dont certains avaient été déplacés par le conflit. Ils ont bravé, entre autres obstacles, l’insécurité, des barrages routiers, des pénuries de carburant et des pannes d’électricité

Des héros méconnus : des vaccinateurs gravissent des montagnes pour sauver la vie d’enfants au Yémen 

SANAA, Yémen, le 27 mars 2017 – En plein conflit, vacciner des enfants contre des maladies potentiellement mortelles n’est pas chose aisée. Ces dernières semaines, au Yémen, des vaccinateurs ont affronté des terrains accidentés, franchi des lignes de front dangereuses et sillonné des vallées et des montagnes pour immuniser contre la polio des enfants dont certains avaient été déplacés par le conflit. Ils ont bravé, entre autres obstacles, l’insécurité, des barrages routiers, des pénuries de carburant et des pannes d’électricité

(28/03/2017 04:37)

Au Yémen, au cœur du conflit et de l'insécurité, une petite fille lutte pour survivre 

Sanaa, Yémen, le 27 mars 2017 – Khawla Mohammed, âgée d'un an, est allongée sur un lit de l'hôpital Al-Sabeen dans la capitale yéménite, Sanaa, avec un tuyau dans le nez. Elle est atteinte de malnutrition et souffre également d'une infection pulmonaire qui rend sa respiration difficile.

Au Yémen, au cœur du conflit et de l'insécurité, une petite fille lutte pour survivre 

Sanaa, Yémen, le 27 mars 2017 – Khawla Mohammed, âgée d'un an, est allongée sur un lit de l'hôpital Al-Sabeen dans la capitale yéménite, Sanaa, avec un tuyau dans le nez. Elle est atteinte de malnutrition et souffre également d'une infection pulmonaire qui rend sa respiration difficile.

(27/03/2017 01:46)

Un nouveau foyer – à la recherche d’enfants syriens ayant perdu leur famille 

ALEP, République arabe syrienne, le 21 mars 2017 – Dans une rue d’Alep se trouve une maison à deux étages avec une porte vert vif. Bordée d’un petit jardin planté de jasmins et d’oliviers, la coquette demeure contraste avec la dureté des expériences traversées par les enfants qui y vivent.

Un nouveau foyer – à la recherche d’enfants syriens ayant perdu leur famille 

ALEP, République arabe syrienne, le 21 mars 2017 – Dans une rue d’Alep se trouve une maison à deux étages avec une porte vert vif. Bordée d’un petit jardin planté de jasmins et d’oliviers, la coquette demeure contraste avec la dureté des expériences traversées par les enfants qui y vivent.

(21/03/2017 17:19)

03/06/2020 00:50