Vous êtes ici :  Accueil
 
 
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
BIENVENUE AEROPORT IVATO

BIENVENUE AEROPORT IVATO

Nous contacter
La météo à Antananarivo

ANTANANARIVO

NANTES

Service de transfert
Aeroport Roissy CDG Orly
Beauvais Disneyland
shuttle
Recherche
Recherche
Calendrier
UN ZESTE DE PUB ?
LA PORTE DE L'HOSPITALITE MALAGASY

Bienvenue à Madagascar !

Organisez votre voyage ou votre séjour avec nous, avec nos partenaires locaux.
"Il y a 1000 façons de voyager à Madagascar,
Nous avons choisi celle où l'on vous dira :
"Entrez, Mandrosoa, Vous êtes notre Vahiny, le repas est prêt pour vous !!! "

Studio Appartement avec WIFI en centre ville Antananarivo
Votre escale à IVATO !
Votre studio Appartement avec WIFI en centre ville Antananarivo
Forfait accueil, transfert et hébergement
Votre studio Appartement avec WIFI en centre ville Antananarivo
Nos meilleures adresses en toute sécurité...!
Votre studio Appartement avec WIFI en centre ville Antananarivo
une escale près de l'aéroport ?
Les 8 dernières nouvelles

Jamais vu l'ariary aussi bas..on a pourtant un président ancien ministre des finances et de l'économie !!

Ariary dévale la pente

https://www.zinfos974.com/Madagascar%C2%A0-Un-euro-vaut-desormais-4000-Ariary%C2%A0_a123329.html

Lire la suite Lire la suite

Jamais vu l'ariary aussi bas..on a pourtant un président ancien ministre des finances et de l'économie !!

Ariary dévale la pente

https://www.zinfos974.com/Madagascar%C2%A0-Un-euro-vaut-desormais-4000-Ariary%C2%A0_a123329.html

Fermer Fermer


Les parasites se sont adaptés et organisent leurs résistances à l' artémisinine ....Pour en savoir plus, voici l'article de Sciences et avenir

https://www.sciencesetavenir.fr/sante/paludisme-les-resistances-aux-medicaments-confinees-a-l-asie_30806

Lire la suite Lire la suite

Les parasites se sont adaptés et organisent leurs résistances à l' artémisinine ....Pour en savoir plus, voici l'article de Sciences et avenir

https://www.sciencesetavenir.fr/sante/paludisme-les-resistances-aux-medicaments-confinees-a-l-asie_30806

Fermer Fermer


La première semaine de 2018 aura été notre première et lourde épreuve pour cette nouvelle année. L’information en temps réel et accessible à tous est d’un secours insoupçonnable, pour savoir, prévoir et organiser. Et en l’occurrence,  cette année, on découvre la petite et efficace équipe de la Météo Madagascar qui a accompagné nos journées et nos nuits blanches depuis mercredi dernier.  Leur usage approprié et utile des réseaux sociaux a permis aux Malgaches de se connecter réellement sur le reste de Madagascar, incitant les internautes à partager des informations, des images avant, pendant et après le passage d’Ava. C’est en ces circonstances particulières et face à l’efficacité d’une petite équipe de météorologues et d’un Communauty Manager dynamique, que l’on ressent l’importance salutaire de l’information en temps et en heure.
Il ne serait que plus bénéfique d’étendre le bon exemple de communication des experts de la météo, à divers services et au-delà d’Internet. Une présence dynamique, permanente, utile et, il faut le dire, rassurante pour celles et ceux qui affrontent le cyclone et qui peuvent compter sur une information efficace. Malgré des décennies d’expériences cycloniques, l’on se rend toujours compte que l’organisation face aux catastrophes naturelles  se fait au moment le plus difficile des intempéries où la Jirama est obligée de couper l’électricité pour sécuriser les lieux et où la connexion Internet est également la plus aléatoire.  Il ne serait que plus salutaire que les populations, vivant en zones facilement inondables, soient informées à temps et sachent précisément à quels endroits se diriger en cas d’intempéries; que les écoles et les parents d’élèves soient informés le plus tôt possible de la fermeture des établis­sements scolaires ; que les infrastructures et les routes susceptibles d’être endommagées soient signalées à temps et que des services et applications soient créés pour permettre aux usagers d’être informés en temps réel de ce qui se produit ou ce qui est susceptible de se produire sur les routes nationales. Plusieurs vidéos qui circulent sur les réseaux sociaux montrent à quel point, dans pareilles situations, la population se retrouve dangereusement exposée à des dangers inopinés.
« L’enclavement des provinces, dû aux manques de routes et de moyens de commu­nication, la faiblesse des échanges entre régions, conduisent à un repliement préjudiciable au sentiment d’unité nationale », disait le président Rajaonarimampianina lors de son discours du Nouvel An, à Iavoloha, au moment même où Ava dévastait l’Est de l’île. L’enclavement est aujourd’hui encore plus important puisque routes et ponts sont à nouveau coupés, isolant certaines localités du reste de Madagascar.
L’on attend maintenant que ces constats prési­dentiels qui se voulaient réalistes se matérialisent en des projets concrets : Ava ne serait pas le dernier cyclone que nous allons expérimenter, nous qui avons déjà à notre actif plusieurs cyclones dévastateurs. Au-delà d’une information efficace, des mesures préventives devraient s’appliquer bien au-delà de la saison des pluies. En ce qui concerne les grandes villes comme Antananarivo où des rues se retrouvent prisonnières d’éboulements, des maisons menacent de s’écrouler et où les crues inquiètent la population, l’interdiction de construire sur les hauteurs des collines et l’interdiction des remblais à outrance, pour ne citer que ces mesures, devraient être renforcées d’une manière drastique. C’est vrai que dans ces situations difficiles, les «y a qu’à» et les «faut qu’on» sortent en florilège. En même temps… «y a qu’à» réaliser ce qu’on dit qu’il «faut qu’on» fasse.
Quoi qu’il en soit, merci à l’équipe de la Météo pour ces nuits et jours d’informations. Nous ne demandons pas la perfection, mais un outil fonctionnel et dynamique et pour le coup, l’équipe l’a bien compris. Chapeau !

Par Mialisoa Randriamampianina

http://www.lexpressmada.com/blog/opinions/merci-la-meteo/

Lire la suite Lire la suite

La première semaine de 2018 aura été notre première et lourde épreuve pour cette nouvelle année. L’information en temps réel et accessible à tous est d’un secours insoupçonnable, pour savoir, prévoir et organiser. Et en l’occurrence,  cette année, on découvre la petite et efficace équipe de la Météo Madagascar qui a accompagné nos journées et nos nuits blanches depuis mercredi dernier.  Leur usage approprié et utile des réseaux sociaux a permis aux Malgaches de se connecter réellement sur le reste de Madagascar, incitant les internautes à partager des informations, des images avant, pendant et après le passage d’Ava. C’est en ces circonstances particulières et face à l’efficacité d’une petite équipe de météorologues et d’un Communauty Manager dynamique, que l’on ressent l’importance salutaire de l’information en temps et en heure.
Il ne serait que plus bénéfique d’étendre le bon exemple de communication des experts de la météo, à divers services et au-delà d’Internet. Une présence dynamique, permanente, utile et, il faut le dire, rassurante pour celles et ceux qui affrontent le cyclone et qui peuvent compter sur une information efficace. Malgré des décennies d’expériences cycloniques, l’on se rend toujours compte que l’organisation face aux catastrophes naturelles  se fait au moment le plus difficile des intempéries où la Jirama est obligée de couper l’électricité pour sécuriser les lieux et où la connexion Internet est également la plus aléatoire.  Il ne serait que plus salutaire que les populations, vivant en zones facilement inondables, soient informées à temps et sachent précisément à quels endroits se diriger en cas d’intempéries; que les écoles et les parents d’élèves soient informés le plus tôt possible de la fermeture des établis­sements scolaires ; que les infrastructures et les routes susceptibles d’être endommagées soient signalées à temps et que des services et applications soient créés pour permettre aux usagers d’être informés en temps réel de ce qui se produit ou ce qui est susceptible de se produire sur les routes nationales. Plusieurs vidéos qui circulent sur les réseaux sociaux montrent à quel point, dans pareilles situations, la population se retrouve dangereusement exposée à des dangers inopinés.
« L’enclavement des provinces, dû aux manques de routes et de moyens de commu­nication, la faiblesse des échanges entre régions, conduisent à un repliement préjudiciable au sentiment d’unité nationale », disait le président Rajaonarimampianina lors de son discours du Nouvel An, à Iavoloha, au moment même où Ava dévastait l’Est de l’île. L’enclavement est aujourd’hui encore plus important puisque routes et ponts sont à nouveau coupés, isolant certaines localités du reste de Madagascar.
L’on attend maintenant que ces constats prési­dentiels qui se voulaient réalistes se matérialisent en des projets concrets : Ava ne serait pas le dernier cyclone que nous allons expérimenter, nous qui avons déjà à notre actif plusieurs cyclones dévastateurs. Au-delà d’une information efficace, des mesures préventives devraient s’appliquer bien au-delà de la saison des pluies. En ce qui concerne les grandes villes comme Antananarivo où des rues se retrouvent prisonnières d’éboulements, des maisons menacent de s’écrouler et où les crues inquiètent la population, l’interdiction de construire sur les hauteurs des collines et l’interdiction des remblais à outrance, pour ne citer que ces mesures, devraient être renforcées d’une manière drastique. C’est vrai que dans ces situations difficiles, les «y a qu’à» et les «faut qu’on» sortent en florilège. En même temps… «y a qu’à» réaliser ce qu’on dit qu’il «faut qu’on» fasse.
Quoi qu’il en soit, merci à l’équipe de la Météo pour ces nuits et jours d’informations. Nous ne demandons pas la perfection, mais un outil fonctionnel et dynamique et pour le coup, l’équipe l’a bien compris. Chapeau !

Par Mialisoa Randriamampianina

http://www.lexpressmada.com/blog/opinions/merci-la-meteo/

Fermer Fermer


Le point du 8 janvier 2018

07:30 >   AVA - BILAN PROVISOIRE
D'après le bilan provisoire du BNGRC, AVA a fait plus de 63000 sinistrés. La région Atsinanana paie le plus lourd tribut. Le BNGRC a également rapporté 6 décès, 2 disparus, 3 blessés et 13523 personnes déplacées à la date du 7 janvier 2018. Date : 08/01/2018

D'autres infos en live ici sur http://www.orange.mg/actualite/depeches

Lire la suite Lire la suite

Le point du 8 janvier 2018

07:30 >   AVA - BILAN PROVISOIRE
D'après le bilan provisoire du BNGRC, AVA a fait plus de 63000 sinistrés. La région Atsinanana paie le plus lourd tribut. Le BNGRC a également rapporté 6 décès, 2 disparus, 3 blessés et 13523 personnes déplacées à la date du 7 janvier 2018. Date : 08/01/2018

D'autres infos en live ici sur http://www.orange.mg/actualite/depeches

Fermer Fermer


Bjr voici un article pertinent sur la peste....Soyons solidaires, partageons !!

La peste à Madagascar

Faut-il avoir peur du retour de la peste en France et en Europe ?

par le Dr Jean-Paul Marre

L’épidémie de peste qui a flambé à Madagascar inquiète les spécialistes de cette maladie qui a ravagé le monde il y a très longtemps.

https://www.pourquoidocteur.fr/Articles/Question-d-actu/24020-Faut-il-peur-retour-peste-France-en-Europe

Lire la suite Lire la suite

Bjr voici un article pertinent sur la peste....Soyons solidaires, partageons !!

La peste à Madagascar

Faut-il avoir peur du retour de la peste en France et en Europe ?

par le Dr Jean-Paul Marre

L’épidémie de peste qui a flambé à Madagascar inquiète les spécialistes de cette maladie qui a ravagé le monde il y a très longtemps.

https://www.pourquoidocteur.fr/Articles/Question-d-actu/24020-Faut-il-peur-retour-peste-France-en-Europe

Fermer Fermer


La trypanosomiase, n'est pas qu'une simple « maladie du sommeil » transmise par la mouche tsé-tsé, n'en déplaise à son surnom populaire. Cette maladie parasitaire se traduit également par des perturbations graves des horloges biologiques réglant le bon fonctionnement de plusieurs organes et fonctions vitales.

Une équipe de chercheurs portugais dirigés par le Dr Luísa Figueiredo (faculté de médecine de l'université de Lisbonne) et le Pr Joseph Takahashi (centre médical de l'université du sud-ouest du Texas) a en effet démontré dans « Nature Communications » que les malades présentaient une accélération de leur rythme circadien, causé par une perturbation par le parasite Trypanosoma brucei gambiense des « gènes horloges ».

  lire la suite  ici

Lire la suite Lire la suite

La trypanosomiase, n'est pas qu'une simple « maladie du sommeil » transmise par la mouche tsé-tsé, n'en déplaise à son surnom populaire. Cette maladie parasitaire se traduit également par des perturbations graves des horloges biologiques réglant le bon fonctionnement de plusieurs organes et fonctions vitales.

Une équipe de chercheurs portugais dirigés par le Dr Luísa Figueiredo (faculté de médecine de l'université de Lisbonne) et le Pr Joseph Takahashi (centre médical de l'université du sud-ouest du Texas) a en effet démontré dans « Nature Communications » que les malades présentaient une accélération de leur rythme circadien, causé par une perturbation par le parasite Trypanosoma brucei gambiense des « gènes horloges ».

  lire la suite  ici

Fermer Fermer


Ava toucherait terre, demain. Un avis de menace est lancé pour la partie Est et Nord-Est.

Forte tempête tropicale. Ce serait le stade maximal qu’atteindra Ava, le premier cyclone du bassin Sud-Ouest de l’océan Indien. C’est avec cette intensité qu’il atterrirait dans le district de Toamasina II, demain à 3 heures du matin. « Ava n’atteindra pas le stade de cyclone tropical. En se rapprochant des côtes, il n’a plus assez d’apport d’énergie pour s’intensifier », explique Solonomenjanahary Randrianjafinirina, chef de service de la Prévision météorologique
à Ampandrianomby, hier. A ce stade de fortes tempêtes tropicales, ses vents moyens sont prévus à 100 kilomètres à l’heure et ses rafales de vent moyen à 130 kilomètres à l’heure. Enawo, le cyclone qui a dévasté Madagascar en mars 2017, était arrivé au stade de cyclone tropical intense avec des vents atteignant 232 kilomètres à l’heure et des rafales à 287 kilomètres à l’heure.
Le passage d’Ava sur l’île, qui est jusqu’ici une tempête tropicale modérée, serait court. Il sortirait des côtes dès le 6 janvier. « Selon la prévision de sa direction, Ava ferait une figure parabole. Il entrerait à Toamasina II, le 5 janvier et sortirait à Vatovavy Fitovinany, le lendemain », souligne ce technicien de la météorologie.
Ava a été baptisée à 9 heures locales, hier. À 16 heures, cette tempête tropicale modérée, a été localisée à 365 kilomètres au Nord-Est de l’île Sainte-Marie, avec des vents de 70 kilomètres à l’heure et des rafales de 105 kilomètres à l’heure. Elle se rapproche de nos côtes, en se déplaçant vers le Sud-Ouest avec une vitesse de 10 kilomètres à l’heure.
Faible intensité
La direction générale de la Météorologie (DGM) lance un avis de menace au district d’Antalaha et aux régions d’Analanjirofo, d’Antsinanana et d’Alaotra Mangoro. Et un avis d’avertissement aux régions de Vatovavy Fitovinany, Diana, Sofia et Sava.
Sainte-Marie a été coupée du monde, depuis hier, à cause de cette tempête tropicale.
La sortie en mer est déconseillée dans l’Est de l’île. À Toamasina, les précipitations ont été au rendez – vous, depuis mardi soir.
L’eau commence à monter dans quelques quartiers de la ville. Le Bureau national de la gestion des risques et catastrophes (BNGRC) n’a pas encore rapporté de dégâts.
Solonomenjanahary Randrianjafinirina classifie Ava dans la catégorie des cyclones de faible intensité.
« Les dégâts qu’il laissera dépendront de la vulnérabilité d’une zone. Si les infrastructures sont vulnérables, ils seront lourds.
Par contre, s’il y a une forte sensibilisation, les impacts seront minimes », enchaîne-t- il. Le général de brigade Charles Rambolarson, secrétaire exécutif adjoint du BNGRC rassure que des mesures sont déjà prises pour faire face à ce cyclone. « Il y a une mobilisation des partenaires étatiques au niveau central et local. Quatre équipes seront déployées pour intervenir dans l’Est, à Analanjirofo, à Vatovavy Fitovinany et sur les Hautes terres. Nous disposons de moyens pour faire face à ce cyclone », affirme-t-il.
Miangaly Ralitera

http://www.lexpressmada.com/blog/actualites/ava-frappera-en-premier-toamasina-ii/

Lire la suite Lire la suite

Ava toucherait terre, demain. Un avis de menace est lancé pour la partie Est et Nord-Est.

Forte tempête tropicale. Ce serait le stade maximal qu’atteindra Ava, le premier cyclone du bassin Sud-Ouest de l’océan Indien. C’est avec cette intensité qu’il atterrirait dans le district de Toamasina II, demain à 3 heures du matin. « Ava n’atteindra pas le stade de cyclone tropical. En se rapprochant des côtes, il n’a plus assez d’apport d’énergie pour s’intensifier », explique Solonomenjanahary Randrianjafinirina, chef de service de la Prévision météorologique
à Ampandrianomby, hier. A ce stade de fortes tempêtes tropicales, ses vents moyens sont prévus à 100 kilomètres à l’heure et ses rafales de vent moyen à 130 kilomètres à l’heure. Enawo, le cyclone qui a dévasté Madagascar en mars 2017, était arrivé au stade de cyclone tropical intense avec des vents atteignant 232 kilomètres à l’heure et des rafales à 287 kilomètres à l’heure.
Le passage d’Ava sur l’île, qui est jusqu’ici une tempête tropicale modérée, serait court. Il sortirait des côtes dès le 6 janvier. « Selon la prévision de sa direction, Ava ferait une figure parabole. Il entrerait à Toamasina II, le 5 janvier et sortirait à Vatovavy Fitovinany, le lendemain », souligne ce technicien de la météorologie.
Ava a été baptisée à 9 heures locales, hier. À 16 heures, cette tempête tropicale modérée, a été localisée à 365 kilomètres au Nord-Est de l’île Sainte-Marie, avec des vents de 70 kilomètres à l’heure et des rafales de 105 kilomètres à l’heure. Elle se rapproche de nos côtes, en se déplaçant vers le Sud-Ouest avec une vitesse de 10 kilomètres à l’heure.
Faible intensité
La direction générale de la Météorologie (DGM) lance un avis de menace au district d’Antalaha et aux régions d’Analanjirofo, d’Antsinanana et d’Alaotra Mangoro. Et un avis d’avertissement aux régions de Vatovavy Fitovinany, Diana, Sofia et Sava.
Sainte-Marie a été coupée du monde, depuis hier, à cause de cette tempête tropicale.
La sortie en mer est déconseillée dans l’Est de l’île. À Toamasina, les précipitations ont été au rendez – vous, depuis mardi soir.
L’eau commence à monter dans quelques quartiers de la ville. Le Bureau national de la gestion des risques et catastrophes (BNGRC) n’a pas encore rapporté de dégâts.
Solonomenjanahary Randrianjafinirina classifie Ava dans la catégorie des cyclones de faible intensité.
« Les dégâts qu’il laissera dépendront de la vulnérabilité d’une zone. Si les infrastructures sont vulnérables, ils seront lourds.
Par contre, s’il y a une forte sensibilisation, les impacts seront minimes », enchaîne-t- il. Le général de brigade Charles Rambolarson, secrétaire exécutif adjoint du BNGRC rassure que des mesures sont déjà prises pour faire face à ce cyclone. « Il y a une mobilisation des partenaires étatiques au niveau central et local. Quatre équipes seront déployées pour intervenir dans l’Est, à Analanjirofo, à Vatovavy Fitovinany et sur les Hautes terres. Nous disposons de moyens pour faire face à ce cyclone », affirme-t-il.
Miangaly Ralitera

http://www.lexpressmada.com/blog/actualites/ava-frappera-en-premier-toamasina-ii/

Fermer Fermer


Un évadé d’Antanimora dénonce une complicité du personnel pénitentiaire. Il a été incarcéré pour tentative d’assassinat à l’encontre du Président Hery Rajaonarimampianina.

Une déclaration qui ouvre la boîte de Pandore. Après son évasion rocambolesque dans la nuit de jeudi à vendredi, Houcine Arfa, un ressortissant français âgé de cinquante-quatre ans, activement recherché pour tentative d’assassinat contre le président de la République, a donné du fil à retordre aux autorités en annonçant, par le truchement de l’Agence France Presse (AFP), son arrivée en France depuis lundi.

Philippe Gumery, sonavocat a relayé sa saga. Pas avare de détails, l’évadé est passé au déballage. « Le fugitif a expliqué avoir profité d’une visite à l’hôpital à Antananarivo pour s’évader, jeudi, avec la complicité du personnel», souligne le journal en ligne Le Parisien, dans un article publié depuis avant hier.

Comme réponse du berger à la bergère, un ayant voix au chapitre auprès de l’administration devance chahuts et remue-ménage en indiquant que cette affaire est au coeur des préoccupations. « Des mesures radicales seront préconisées. Leur mise en oeuvre est en étude. Des décisions seront prises dès demain (NDLR: ce jour). Les membres du personnel incriminés encourent une traduction devant le conseil de discipline. Ils risquent la radiation. Il revient au ministère de la Justice de statuer », tonne avec ferveur ce responsable.
Avançant vraisemblablement dans ses investigations, depuis la publication de l’avis de recherche contre Houcine Arfa et son épouse, la police criminelle resserre l’étau autour de deux gardes pénitentiaires. Le quidam semble s’être fait la belle au nez et à la barbe de ces deux gardiens de prison qui avaient la charge de le tenir à l’oeil au moment des faits.
Crainte d’attentat
Inspirant soupçons, ces deux présumés complices sont actuellement placés en garde à vue à la brigade criminelle et d’autres personnes soupçonnés d’avoir été en relation avec l’évadé ont été elles aussi soumises au feu roulant des questions.
Le plan d’évasion était réglé comme une horloge. Pour lever un pan de voile sur ce mystère, les enquêteurs l’ont passé au crible dans la matinée d’hier, en  effectuant une reconstitution entre Ambohitrarahaba et Ampasampito, sous les indications des deux agents pénitentiaires.
« Nous sommes en passe de clôturer notre enquête pour présenter au parquet le dossier ainsi que les personnes incriminées. Un mandat d’arrêt international sera attendu par la suite. Si l’évadé se trouve bel et bien en France, une coopération judiciaire est de mise », avance d’un ton d’incertitude une source auprès du ministère de la Sécurité publique.
Conseiller du Président
En tout cas, rien ne semble avoir été laissé au hasard dans cette évasion. Ayant réussi à dérouter tout contrôle, le Français a rejoint le Nord Madagascar en véhicule où il a d’emblée pris une embarcation à moteur pour faire une trouée dans les côtes du département français d’Outremer de Mayotte, où il a pris l’avion pour s’envoler en métropole selon, la presse.
Son avion a atterri à Paris, lundi. À côté, les éléments des forces de l’ordre lancés à ses trousses n’y ont vu que du feu.
Placé en détention préventive à la maison de force Tsiafahy quelques jours avant la célébration de la fête de l’indépendance après que du matériel de tireur embusqué, dont des accessoires de camouflage ainsi que des armes d’exercice ont été découverts en sa possession, Houcine Arfa a nourri une crainte d’attentat contre le Président pendant la parade militaire du 26 juin. Le logis des officiels a été de ce fait quadrillé de vitre pare-balles.
Par le passé, Houcine Arfa a travaillé pour le président Hery Rajaonarimampianina en tant que « conseiller » chargé de la sécurité fin 2015.
Placé sous mandat de dépôt à la maison de force de Tsiafahy le 22 juin lorsque cette affaire de déstabilisation a éclaté au grand jour, il a écopé de trois ans de prison ferme en novembre.
L’accusé est condamné pour usurpation de fonction et extorsion de fonds d’après l’extrait des minutes de greffe de la cour correctionnelle d’Antananarivo. Transféré à la maison centrale d’Antanimora pour raison de santé jeudi, il a réussi se faire la belle lors d’un prétendu transfert à l’hôpital.
Seth Andriamarohasina

http://www.lexpressmada.com/blog/actualites/securite-du-president-le-sniper-evade-atteint-la-france/

Lire la suite Lire la suite

Un évadé d’Antanimora dénonce une complicité du personnel pénitentiaire. Il a été incarcéré pour tentative d’assassinat à l’encontre du Président Hery Rajaonarimampianina.

Une déclaration qui ouvre la boîte de Pandore. Après son évasion rocambolesque dans la nuit de jeudi à vendredi, Houcine Arfa, un ressortissant français âgé de cinquante-quatre ans, activement recherché pour tentative d’assassinat contre le président de la République, a donné du fil à retordre aux autorités en annonçant, par le truchement de l’Agence France Presse (AFP), son arrivée en France depuis lundi.

Philippe Gumery, sonavocat a relayé sa saga. Pas avare de détails, l’évadé est passé au déballage. « Le fugitif a expliqué avoir profité d’une visite à l’hôpital à Antananarivo pour s’évader, jeudi, avec la complicité du personnel», souligne le journal en ligne Le Parisien, dans un article publié depuis avant hier.

Comme réponse du berger à la bergère, un ayant voix au chapitre auprès de l’administration devance chahuts et remue-ménage en indiquant que cette affaire est au coeur des préoccupations. « Des mesures radicales seront préconisées. Leur mise en oeuvre est en étude. Des décisions seront prises dès demain (NDLR: ce jour). Les membres du personnel incriminés encourent une traduction devant le conseil de discipline. Ils risquent la radiation. Il revient au ministère de la Justice de statuer », tonne avec ferveur ce responsable.
Avançant vraisemblablement dans ses investigations, depuis la publication de l’avis de recherche contre Houcine Arfa et son épouse, la police criminelle resserre l’étau autour de deux gardes pénitentiaires. Le quidam semble s’être fait la belle au nez et à la barbe de ces deux gardiens de prison qui avaient la charge de le tenir à l’oeil au moment des faits.
Crainte d’attentat
Inspirant soupçons, ces deux présumés complices sont actuellement placés en garde à vue à la brigade criminelle et d’autres personnes soupçonnés d’avoir été en relation avec l’évadé ont été elles aussi soumises au feu roulant des questions.
Le plan d’évasion était réglé comme une horloge. Pour lever un pan de voile sur ce mystère, les enquêteurs l’ont passé au crible dans la matinée d’hier, en  effectuant une reconstitution entre Ambohitrarahaba et Ampasampito, sous les indications des deux agents pénitentiaires.
« Nous sommes en passe de clôturer notre enquête pour présenter au parquet le dossier ainsi que les personnes incriminées. Un mandat d’arrêt international sera attendu par la suite. Si l’évadé se trouve bel et bien en France, une coopération judiciaire est de mise », avance d’un ton d’incertitude une source auprès du ministère de la Sécurité publique.
Conseiller du Président
En tout cas, rien ne semble avoir été laissé au hasard dans cette évasion. Ayant réussi à dérouter tout contrôle, le Français a rejoint le Nord Madagascar en véhicule où il a d’emblée pris une embarcation à moteur pour faire une trouée dans les côtes du département français d’Outremer de Mayotte, où il a pris l’avion pour s’envoler en métropole selon, la presse.
Son avion a atterri à Paris, lundi. À côté, les éléments des forces de l’ordre lancés à ses trousses n’y ont vu que du feu.
Placé en détention préventive à la maison de force Tsiafahy quelques jours avant la célébration de la fête de l’indépendance après que du matériel de tireur embusqué, dont des accessoires de camouflage ainsi que des armes d’exercice ont été découverts en sa possession, Houcine Arfa a nourri une crainte d’attentat contre le Président pendant la parade militaire du 26 juin. Le logis des officiels a été de ce fait quadrillé de vitre pare-balles.
Par le passé, Houcine Arfa a travaillé pour le président Hery Rajaonarimampianina en tant que « conseiller » chargé de la sécurité fin 2015.
Placé sous mandat de dépôt à la maison de force de Tsiafahy le 22 juin lorsque cette affaire de déstabilisation a éclaté au grand jour, il a écopé de trois ans de prison ferme en novembre.
L’accusé est condamné pour usurpation de fonction et extorsion de fonds d’après l’extrait des minutes de greffe de la cour correctionnelle d’Antananarivo. Transféré à la maison centrale d’Antanimora pour raison de santé jeudi, il a réussi se faire la belle lors d’un prétendu transfert à l’hôpital.
Seth Andriamarohasina

http://www.lexpressmada.com/blog/actualites/securite-du-president-le-sniper-evade-atteint-la-france/

Fermer Fermer


UN PEU DE PUB ?